Zone d'expérimentation

Sortir de nos lignes de fuite et courir un peu plus vite vers l'horizon. - Atelier d'écriture en groupe -

26 mai 2010

Incertains regards, par dvb

subway_girl_by_Benlo

Posés sur moi, dans cette rame de métro suintante de fatigue et de résignation, ses yeux bleus-gris couleur de ciel me dévisagent. Où est-ce l’affiche dans mon dos ? Le reflet me renvoie le sourire éclatant d’une actrice américaine, blonde comme la Californie, belle comme nulle part. Que regarde-t-il ? Là bas, assis sur ce strapontin relevé et déplié un bon million de fois de trop, perdu parmi les yeux vides d’une foule poussiéreuse et déjà presqu’entièrement digérée par le transit quotidien dans ces viscères mécaniques, glissant d’Austerlitz en Cambronne ou de République à Nation puis à Père Lachaise, son regard clair me met à nu. Du moins le voudrais-je. Le vent confiné, remugle parfumé de Lacoste et de friture d’oignon, soulève mes cheveux, les graissant de sa main maculée de cambouis et de sueur. Ma mèche blonde se soulevant et s’affaissant, mue par l’aspiration du train-train.
Bien sûr les garçons me scrutent parfois, et je sens alors le malaise s’immiscer en moi aussi sûrement que le serpent de leur vice se délecte de mes quelques centimètres carrés de peau découverte. J’esquive, je détourne les yeux pour mieux en trouver d’autres, encore plus lugubres ou méprisants, encore plus pervers et libidineux.
Mais ces yeux là, loin de me toiser ou de me déshabiller, me respectent et m’enveloppent de bienveillance. Etre admirable, plus que désirée, se sentir belle sous la caresse de pupilles complices, et non simplement « bonne à baiser » dans l’imagination dénaturée d’un frustré insignifiant, voilà qui vaut le coup de jouer.
Non que je me sente particulièrement jolie, surtout ici, derrière la vitrine de ce zoo cosmopolite et artificiel – et pour cela je n’ai qu’à me comparer avec les étranges créatures aux longues jambes et au maquillage suburbain qui cohabitent dans ma cabine – mais est-il si illusoire que j’attire l’attention d’un charmant jeune homme.
Aussi, entre le roulement des têtes qui se balancent au rythme du tangage métropolitain, nous croisons et décroisons nos regards, lui assis près d’un vieux marocain moustachu, tout absorbé 20 minutes durant dans son gratuit, moi harnachée à mes barres métalliques, araignée docile attendant patiemment la fin du trajet.
De stations en stations, d’arrêt brusque en bousculade, la géographie humaine de la rame de métro évolue vers le rapprochement et le chassé croisé entrecoupé de nos quatre yeux.   
Le vent aux mains sales plante les griffes de mes cheveux fourchés en plein dans ma cornée. Une larme et la peur d’une conjonctivite s’en échappent, bientôt rejointes par le bord d’un doigt fin – celui qui ne porte JAMAIS d’alliance et qui me rappelle le vrai sens du mot « solitaire ».
Le jeune homme poursuit sa silencieuse cour.
Est-ce bien moi qui mérite toute cette attention ? Comment ne s’est-il pas lassé de ce même visage timide et sans fard, alors que papillonne autour les mantes et les tailles de guêpes ? Ne regarde-t-il pas ces deux vietnamiennes aussi séduisantes que brunes ?
Pourtant alors qu’il se frotte les yeux, le jeune homme au charme estudiantin, fixe toujours ce point de fuite où voguent mes doutes  et mes fols espoirs. Mais de son point de vue, là-bas, en contre plongée assise, peut-être tient-il le compte mental des stations le long du schéma de la ligne : Grenelle – Dupleix – Bir-Hakeim, bientôt le départ.
Pour la première fois je souris, puisqu’un sourire ne coute rien dans les maximes de Maxi. Son geste à lui, est bien plus mystérieux car il relève son écharpe sur son nez et déchausse son casque d’écoute musicale. Il se lève et s’apprête à lever le camp. 
L’angoisse de ne plus le revoir, de le perdre de vue avant même de pouvoir gagner sa (re)connaissance, me fait agir. Pour la seule et unique fois de ma vie, je ne veux pas peser le pour et le contre, ni même osciller entre regret et remord.
Crissement de freins, mouvement de foule, glissement de porte et course vers l’inconnu, me voilà sur le quai à chercher un regard. Son foulard bien relevé, laissant à peine la place à l’éclat de son bleu-gris que j’aime déjà tant, je le vois qui se lance dans l’escalade d’un escalator. Moi je gravis quatre à quatre une volée de marches. J’éternue.
De l’autre côté du panneau qui annonce le Trocadéro, il y a un brouillard étrange et magique, comme un nuage de pur smog. J’éternue. Mon bel étudiant est déjà dehors. Je suis sur ses traces, je tends la main vers lui, attrape son coude qui se dérobe immédiatement.
Je ne le vois plus, je ne le sens plus. Je suis aveugle. J’étouffe. Je sens que je vais tourner de l’œil. J’éternue. Je pleure.
Je suis seule au milieu de cette manifestation, une grenade lacrymogène soupirant à mes pieds. Pourquoi les beaux étudiants veulent-ils toujours faire grève et se battre contre les CRS plutôt que m’inviter au cinéma ? 

Illustration : Subway girl, par Benlo, sur DeviantArt

Posté par d autres à 11:00 - 18-Incertains regards - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    Le premier paragraphe est lourd. Très. Horriblement trop. Une impression de surjeu dans les effets de style conjugué à la redondance des participe présent.
    Mais diables que ça valait le coup de le passer outre !
    La suite s'allège enfin, comme si une hésitation de style avait été surmontée, les images se font plus subtiles, presque plus gracieuses d'être plus digestes, et enfin, enfin commence la plaisante lecture de cette possible joute de regard.
    L'hésitation, le doute, l'envie se mêlent parmi les miasmes de la foule métropolitéanisée (oui, j'ose), la scène se vit, se goûte, s'angoisse, va-t-elle ? veut-il ? vont-ils ? au gré des secousses de la rame, des entre-chocs du wagon sur ses rails, jusqu'à ce qu'enfin elle ose, elle prenne la décision active de ne pas laisser passer une occasion, de poursuivre l'instant, de prolonger le possible jusqu'au plus proche de sa réalisation.
    Et la chute.
    Aïe. Ils ne vont pas, parce que bon quand même, et les regards se perdent dans les lacrymogènes, et malgré tout, c'est bon, il n'en faut pas plus.

    Dithyrambique ? Juste soulagé que le premier paragraphe ne soit qu'un écueil, et l'impression que ton écriture a gagné une certaine ... poésie, peut-être, en tout cas qu'elle a évolué, et voilà qui est bon.

    Posté par d'autres, 26 mai 2010 à 15:41
  • Ah oui en effet, c'ets lourd comme du gateau breton ^^

    Mais j'avais tout de même envie de tenter cette approche (maintenant je sais à quoi m'en tenir).

    Merci pour ce commentaire qui me rassure : je n'aurai donc pas passer toute cette longue absence loin de votre chère hémisphère sud à ne rien faire; mon exil brestois n'aura donc pas été vain.

    Et en bonus : elle est trop terrib' cette illustration ! c'ets tellement représentatif de l'image que j'avais en tête lors de ma rédaction.

    Posté par dvb, 27 mai 2010 à 04:42
  • Bah c'est surtout cette phrase sans fin "Là bas, assis sur ce strapontin relevé et déplié un bon million de fois de trop, perdu parmi les yeux vides d’une foule poussiéreuse et déjà presqu’entièrement digérée par le transit quotidien dans ces viscères mécaniques, glissant d’Austerlitz en Cambronne ou de République à Nation puis à Père Lachaise, son regard clair me met à nu" en plein milieu, qui plombe l'ensemble ...

    (l'exil a parfois du bon)

    Posté par d'autres, 29 mai 2010 à 10:40

Poster un commentaire